“La musiqueeeuuh, oui, la musiqueeeuhh… je le saiiisss… seraaa laaa…” heummf…

Depuis le temps que je devais pondre un article sur les musiques originales de jeux vidéos, il aura fallu attendre que je range ma librairie iTunes, un soir où j’avais la flemme de bosser (oui quand j’ai la flemme de bosser, je range yaquoi?) pour retomber sur mon dossier spécial Vidéo Games Original Soundtrack quit’arrachelestympanstellementc’estbontasvu. En plus l’excellentissime, Barre de Vie a pondu un Listomania spécial soundtrack aussi, mais ils se sont limités aux chansons d’ambiances in-game et non aux opening/ending. Mais moi j’sui 1 ouf tro dark dans ma tèt, donc j’inclus tout : Opening/Ending/Victory-death sound/jingle de level up. J’aime tout le monde, pas de jaloux …

Bref à la manière d’une madame Patate, je pense qu’il est grand temps de lancer mon listing personnel et donc totalement subjectif et rempli certainement de mauvaise foi. Attention je vais très certainement spoiler en gros dégueulasse que je suis, révéler des grosses parts de l’intrigue à tout va, ou tout simplement vous raconter la fin comme un gros rebelle. Donc les cocos si vous n’avez pas encore posé vos mimines sur un des jeux listés, je vous conseille de sauter directement au numéro suivant pour ne pas vous enlever tout le plaisir, ou au pire pour ne pas me haïr au point de vouloir me flageller au martinet à tête cloutée (c’est au choix). Ou bien en gros hardcore-reader que vous êtes, vous pourrez écouter les musiques uniquement, je ne posterai que des vidéos sans spoilerzz – du moins j’essaierai.

Branchez vos écouteurs, poussez le volume de l’ordi, c’est parti pour 10 morceaux et plus purement jouissif pour vos oreilles :)

ZI ULTIMATE VIDEO GAMES BIG TUNES

*Pwinn pwinn pwwiinnnnnnn – jingle d’ouverture*

 

// Number #10

Portal – Still Alive

On commence en douceur et tout en poésie avec ce qui est et restera, pour moi, une des références du genre Action/Réflexion en vue à la 1ère personne (on ne peut pas appeler ça un FPS, si?) : Portal.

Pour résumer le jeu, vous êtes un cobaye dans un grand centre de recherche géré par une IA qui s’appelle GladOS, on vous place dans un système de salles/labyrinthe avec des obstacles : à vous de vous démerder pour atteindre la sortie de chaque salle pour passer à la suivante, en vous aidant de votre fusil à portail intergalactique-quifaitdestrousdanslesmurs bien entendu. D’où le nom “Portal”, duh!

Le but de l’héroïne (oui vous êtes dans la peau d’une meuf, pour une fois) est de s’enfuir du centre et être libre, le but de GladOS est de vous tuer, pour vous transformer en gâteau. L’expression mondialement connue “The cake is a lie”, ça ne vous dit rien? Si? Bah ça vient de ce jeu :)

Après avoir survécu tant bien que mal et réussit à vous frayer un chemin parmi les nombreuses salles tous plus compliquée les unes que les autres et à détruire GladOS, arrive le générique de fin :

Et là… BAM… Instant love. On a envie de faire des calins à GladOS (oui parce que c’est elle qui chante) et de recommencer une nouvelle fois le jeu. Merci Valve :3

 

// Number #9

Mirror’s Edge : Lisa Miskovsky – Still Alive

Ho ho, ils ont de l’imagination dans l’industrie niveau titre heun?

Ahh Mirror’s Edge, un pur OVNI tout droit sortit des studios DICE (oui les papas de Battlefield). 2007, le grand publique découvre une nouvelle discipline, le « parkour », grâce aux Yamakazis et autres ninja urbains, qui se faisaient un kiff à sauter de toit en toit, à marcher sur les murs et faire des saltos de la mort à la Prince of Persia. DICE qui avait sentit le bon filon, s’était donc dit: “Putain les mecs, et si on sortait un jeu sur le parkour dans un univers totalement futuriste et le tout en vue première personne, parce qu’on est pas des p’tites bites nous”. L’année suivante, Mirror’s Edge débarquait dans nos magasins.

On incarne Faith, une jeune des cités rebelle qui, refusant de se fondre dans un monde totalement formaté et contrôlé par le gouvernement et les médias, se déplace ninja-tistiquement d’immeubles en immeubles  – comme un yamakazi donc – pour faire son boulot de livreuse. Ces “coursiers ninja” des temps modernes étant devenus le seul moyen de s’échanger des infos sans se faire attraper par la police. Sauf qu’un jour Faith se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment et sera accusée à tord de meurtre, blablabla, sa soeur sera capturée, blablabla, le méchant sera vaincu et tout et tout. Rien de bien original si on s’en tient au scénario. Mais là où DICE a fait fort c’est dans le gameplay et la direction artistique. Les niveaux sont vraiment canon et cette ville limite aseptisée rend magnifiquement bien! Pour le gameplay, toute la panoplie de geste du « parkoureur? » est vraiment bien retranscrite, tellement qu’avec la vue à la première personne, on croirait pouvoir refaire les mouvements sur son mur de chambre… jusqu’à ce rendre compte qu’on s’est éclaté comme une grosse merde sur le carrelage (non j’ai pas testé personnellement… promis). Enchainer les galipettes devient un réel plaisir plus le jeu avance et devient corsé : se jeter dans le vide pour se raccrocher à une gouttière, prendre son élan pour sauter par dessus une grille électrique, courir sur un mur pour ensuite sauter en se retournant sur une rembarre située plus haut… Jouissif je vous dis!

Le jeu en lui même a malheureusement eu un succès mitigé auprès du grand public. Ceux qui l’ont acheté, pleurent depuis des années pour avoir Mirror’s Edge 2. Personnellement, j’attends de pied ferme ce 2e opus : ce jeu est une vrai petite bombe… Mais pour une grosse compagnie comme EA, un jeu qui ne se vend pas par conteneurs entiers ne mérite pas de suite. DICE a, au contraire, annoncé dernièrement que le jeu ne serait pas enterré… À suivre donc. /faitdesyeuxdouxàtontonEA *_*

D’ailleurs j’ai pu remettre la main dessus en occasion pour ma ps3 : 9€. Une bouchée de mie de pain tant ce jeu est excellent. Faut juste pas avoir peur du vide en fait :)

Bonus: La version de-la-super-mort-qui-déboite-ta-machoire (même si on écoute avec les oreilles je sais) : FUCK YEAH DUBSTEPPPPPPP-WUBWUBWUBWUBWUBWUBWUB

 

// Number #8

Gran Turismo 2 : The Cardigans – My Favourite Game

Séquence nostalgie… Qui pourrait me donner l’année de ce tube? 2000. Oui déjà quasiment 12 ans que ce jeu est sorti. Damn! Qui ne se souvient pas de ce jeu qui bousculait tous les Sega Rally, Ridge Racer et autres jeux de course résolument typé arcade, en débarquant avec son appellation “The Real driving simulator”. Il s’était même payé le luxe de débarquer sur 2 CD, un pour le mode Arcade et l’autre pour l’excellentissime mode Carrière, complètement fou pour un jeu de bagnoles à l’époque.

Généralement les intros de jeux vidéos sont zappées aussitôt qu’elles apparaissent, parce que bon, déjà qu’on se tape 2 min de “Loading” entre chaque démarrage de jeu, si en plus on se coltine les 3min d’intro heun…? Pourtant j’ai souvenir d’avoir regardé cet opening de GT2 à chaque lancement du jeu. On avait généralement des instrus assez nazes en fond sonore pour les intros, vraiment le truc qui est composé à la va vite pour meubler une vidéo 3D du jeu. Mais là non, j’étais toujours comme hypnotisé par cette chanson qui me chatouillait les cils auditifs et me faisait dresser les poils que je n’avais pas encore sur les bras… J’avais à peine 12-13 ans en même temps. Mais je ne compte plus les heures passées sur les circuits de ce GT2, de la Demio de grand mère qui plafonnait à 120km/h malgré l’ajout d’un échappement de compétition, à la NSX de fou furieux qui partait en tête à queue si on ne dosait pas l’accélération…

À noter qu’en Europe on a eu cette version remixé du hit de The Cardigans, alors qu’au US ils l’ont eu avec la version originale du morceau. Allez comprendre pourquoi les japs nous voient comme des gros fans d’électro music…

 

// Number #7

Bayonetta : Fly Me To The Moon (Climax version)

Amateur de Beat’em All typé old school ?? Castlevania & Devil May Cry vous manquent ?? Alors vous vous devez d’avoir Bayonetta dans votre collection de jeux vidéos. Je ne m’attarde pas sur le sujet, j’ai déjà assez craché mon amour pour ma sorcière aux gros nibars bien aimée et ses combos jetedéfoncedesangesàcoupdetalonswaigros dans cet article : « Dieu demanda à Sega de Bayonetter… » (oui j’en tiens une couche en titrage d’article).

Pour parler un peu plus du morceau, à chaque combat donc, ration supplémentaire de “Flyyyyyy me to the Moon, and let me singg among those stars…” et perso ça n’était pas pour me déplaire. La chanson collait parfaitement au rythme des combats et des combos…

C’est bien entendu une reprise, un poil plus sexy, plus moderne, du morceau mondialement connu grâce à monsieur Frank Sinatra; mais ça, je n’avais pas besoin de vous le dire, band de gens musicalement culturé! :) Bref toujours est-il, que cette chanson, tout comme le jeu en lui-même, fait parti de mon top 5 des gros coups de coeur de l’année 2010. Je le recommande chaudement comme la braise (pour les amateurs du genre bien entendu!)

 

// Number #6

Call of Duty – Modern Warfare 2 : White House End Run

Call of Duty a beau avoir perdu de sa superbe cette année voire depuis l’année dernière avec Black Ops, toujours est-il que Modern Warfare 1 et 2 sont et resteront des références du FPS “guerre moderne”. On a beau aimer/détester/kiffer/vomir sur cette franchise, il faut lui reconnaitre quand même une bande son totalement géniale, composée par quelques grands noms comme: Harry-Gregson-Williams pour MW1, Hans Zimmer pour MW2… Rien que ça oui! Niveau pédigrée je ne pense pas que l’on ait fait mieux depuis comme compositeur pour une bande originale de jeu vidéo. Oui chez Activision quand il s’agit de vous entuber, on fait au moins les choses en grand… :D

Personnellement l’un des morceaux que je retiendrai c’est celui qui se joue en fond lors de la mission de rush final sur la Maison Blanche. Un morceau assez court, mais très rythmé et vraiment envoutant : bien représentatif du solo du jeu en fin de compte. 3 ans après, je me surprends encore à le fredonner sans m’en rendre compte…

Ne me demandez pas pourquoi… Mais c’est typiquement le genre de morceau qui me ferait rejouer au jeu uniquement pour apprécier son passage ^^

 

// Number #5

The Elder Scrolls V : Skyrim

Attention, attention. On arrive dans le lourd, le trèèès lourd avec ce top 5!

Je ne parlerai pas du jeu pour le moment, vu que je n’en suis à peine au quart du tiers de la moitié et ce même après 44h de jeu…

Skyrim = grosse grosse bombe de cette fin d’année.

Game of the Year les doigts dans le nez assurément! Oui, même devant Battlefield 3. Si vous ne l’avez pas encore acheté (et que le genre gros RPG ne vous rebute pas), FONCEZ! Je reviendrai sur le jeu plus tard dans un article dédié, le temps d’avoir cerné un peu tout le contenu mis à notre disposition (et d’être moins total fanboy en fait). En attendant, appréciez ce majestueux thème, combinaison des thèmes de Morrowind et Oblivion, les précédents opus de la série, sur lesquels ils ont greffé du chant en langue de dragon… En gros comment rendre encore plus Badass un truc déjà Badass :  « FUCKING SIIIIICCCKKK BROOOO »

 

// Number #4

Red Dead Redemption : Jamie Lidell – Compass

Dur dur de choisir UN seul morceau dans l’excellente OST de Red Dead Redemption.

Ce GTA sauce cowboy chili-con-carné a reçu le titre honorifique de GOTY 2010 (game of the year) et personne ne peut vraiment crier au scandale. J’ai vraiment pris du plaisir à y jouer et rejouer, à galoper indéfiniment sur mon pur sang hongrois pour qui je me suis saigné les yeux, le tout dans des décors tirés des meilleurs films de John Wayne ou Terrence Hill. Et Dieu sait que les GTA-Like ne m’ont jamais accroché plus de quelques heures car trop linéaire, mais cette ambiance Far-West et surtout CETTE histoire et CE héros, font qu’on ne peut pas décrocher du jeu tant que les missions ne sont pas terminées et que l’on n’a pas approché un peu plus de la -terrible- fin…

Pour resituer un peu le morceau choisit, John Marston, le héros, est un ancien hors la loi, tueur et voleur,  qui a décidé de se ranger et de s’occuper de sa femme et son enfant. Sauf qu’il doit se racheter une bonne conduite et pour ce faire, le jeu vous balade un peu partout sur la grande map du pays. Jusqu’au moment où vous avez bouclé les dernières missions principales et que le jeu décide de vous renvoyer chez vous voir ENFIN votre famille, et là, alors que vous chevauchez vers le soleil couchant, coupant à travers champs et rivière pour rejoindre votre douce et tendre, se déclenche en fond ça:

Vous vous dites alors : “Mais merde Rockstar, vous n’avez pas le droit de me faire pleurer comme une gamine de 16 ans en chaleur devant un trailer de Twaïelight  T_____T”. Red dead Redemption, un jeu de bonhomme, de vrai, qui mâche du tabac et tue des cougars à mains nues pour en faire un manteau, mais qui te fait avoir les larmes aux yeux en moins d’une minute à cause de LA chanson jouée au bon moment.

Ps: Bien entendu comme dans tout GTA-Like qui se respecte, vous pouvez devenir un vil truant, craint de toute la population au lieu de devenir un gentil héros qui fait caca des papillons, mais du coup la chanson risque de ne pas avoir le même impact je pense…

 

// Number #3

Battlefield 1942 : Main Theme

On entre dans cette catégorie de bandes originales, qui te fait frissonner, hérisser chaque poil de ton petit corps musclé dès les premières notes jouées.

Comment faire un classement d’OST sans intégrer la bande originale de Battlefield 1942. Le premier, le tout puissant, le papa de tous les Battlefield. Celui qui a tout simplement donné ses lettres de noblesses au genre FPS multijoueur en ligne (à l’instar d’un Counter Strike). C’est simple, jusqu’à l’heure je n’ai pas encore trouvé de morceau aussi ÉPIQUE, aussi charismatique que celui-ci dans un jeu de guerre! Faites écouter ce coup de trompette à n’importe quel gamer (qui s’y connait un minimum heun, pas le premier poireau venu), et vous verrez un grand sourire illuminer directement son visage. Un thème à l’image du jeu finalement: foutrement burné; bref qui te donne envie de t’engager dans l’armée et de courir vers l’ennemi tout en gueulant : « FOR AMERICAAAAA » (oui, parce que les américains c’est toujours les gentils de toute façon). Juste à l’écouter je me revois sillonnant les maps immenses à bord de ma jeep cabriolée, les cheveux (sous le casque) au vent, mon BAR rangé à ma droite au cas où un jap me tendrait une embuscade , et le bras accoudé à la fenêtre l’air de rien, cigarette vissée au bec… *nostalgie spotted*

Bonus :Bien qu’étant remixé, Dice nous a fait le cadeau de ré-intégrer ce magnifique thème dans le tout dernier Battlefield 3. On aime ou on aime moins comparé à la version originale, toujours-est-il que ça envoie autant du boudin :

 

// Number #2

Final Fantasy

Dur dur de choisir un seul morceau pour cette franchise entrée au Panthéon du jeu vidéo. Alors du coup j’en ai choisi trois. Trois morceaux qui, pour moi, sont parmis les plus représentatifs de chacun de ces Final Fantasy. Je ne détaillerai pas ce qu’est Final Fantasy, si vous vous considérez comme « Gamer » et que vous n’avez jamais joué, touché à un seul opus de cette série, arrêtez tout et retournez jouer aux Playmobil ou Polly Pocket. Nan mé oh!

 

• Final Fantasy 7 : Aerith Theme

L’un des thèmes les plus marquants, les plus bouleversants du jeu, celui qui a dû faire pleurer 90% de la planète au moment où il s’est lancé dans cette fameuse cinématique… NON je ne spoilerai pas… mais… merde quoi *snuff* Aerithhhhhhhh…. Pourquoiiiiii ??? Méchant Séphiroth (même si t’es un putain de méchant super cool) T_____T

 

• Final Fantasy 8 : Waltz for the Moon

Oui j’aurai pu choisir « Eye on me » ou bien le thème de baston « Don’t be afraid », qui soyons clair : poutre de la loutre tous les deux. Mais non, pour moi « Waltz for the Moon » représente à 15000% ce Final Fantasy 8. D’ailleurs c’est un peu l’avis de tout l’monde j’ai l’impression. Personnellement, c’est peut être parce que j’y ai joué beaucoup plus que les autres FF, peut être aussi  parce que j’ai toujours eu une préférence pour Squale/Linoa plutôt que Cloud/Aerith, qui sait… Toujours est-il que ce morceau est celui joué lors de la belle cinématique où le héros (Squale) rencontre pour la première fois l’autre héroine (Linoa), et PAF… Ça a fait des chocapic. Oui, je sais, ça semble un peu gay tout ça, mais à 13 ans, planté devant ta PS1, croyez-moi, devant cette scène : vous kiffez tous vos mémés…

 

• Final Fantasy 10 : To Zanarkand

Je vais être rapide sur celui-ci… Je n’ai pas tellement apprécié ce FF 10, non, les personnages, l’histoire, rien ne m’a franchement emballé autant qu’un FF7 ou FF8. Au point de ne même pas le terminer.

Pourtant si je devais en retenir quelque chose, ça serait cette magnifique mélodie. C’est beau et c’est tout! Et juste pour ça, même si je ne l’ai pas fini à cause de la frustration, pour moi FF10 est un bon jeu :

 

// Num-Num-Nummmmmmber -fucking- ONE

METAL GEAR SOLID – TOUTE L’OST, DE TOUS LES METAL GEAR

Le meilleur pour la fin comme on dit, et quelle fin… Si je devais emmener un seul jeu avec moi sur une île déserte pour le restant de mes jours, ça serait sans aucun doute toute la collection Metal Gear Solid. J’ai déjà expliqué le pourquoi du comment de ma kiffance interstellaire sur ce jeu ici : “Snaaakkkeeee” (d’ailleurs j’ai toujours pas écrit la 2e partie lol). Même après plusieurs années de gaming dans les doigts, aucun autre jeu vidéo ne m’a autant touché que la magistrale épopée de notre bon vieux Solid Snake… Merci tonton Kojima de nous avoir permis d’apprécier tout ton génie à travers ces Metal Gear Solid *__* J’ai grandit en compagnie de ce jeu, donc certains ne comprendront certainement pas ce choix. Mais quand c’est le coeur qui parle heun… ^^

J’avais un peu de mal à choisir LE morceau qui collerait bien à toute la série… Du coup vu que c’est le numéro UN, je vous bombarde TOUS les morceaux que j’aime de dedans mon petit coeur, démerdez-vous avec après :

• Un mix du theme de MGS2 et MGS3, le tout version orchestre de la mort qui tue avec le solo de guitare qui va bien… “Manly tears were shed that day…”

• MGS2 – Skateboard Theme. Peu connu du fait qu’il s’agissait d’un niveau bonus dans MGS2 où Snake faisait du skate sur les shells. Totalement WTFesque, totalement excellent!

• L’intro James Bond’esque de MGS3 – Snake Eater! Le meilleur de la série à mon goût :D

• Et pour terminer, la musique qui a servi d’ending au Metal Gear Solid premier du nom sur PS1. Ce même morceau qui se permet un caméo dans MGS4… Mais chut… :)

————–

Hé ho, il reste du monde? Oui? Non? C’est terminé les gens, vous pouvez revenir maintenant heun…

Alors oui, je vous avais prévenu, c’était long, ils vous aura surement fallut plusieurs séances pour pouvoir lire tout (si jamais vous avez tout lu bien entendu) et écouter peut être quelques chansons. C’est un listing complètement personnel, basé uniquement sur mes préférences en matière de jeux vidéo; et au cas où ça n’en donne pas l’impression, je suis un véritable passionné : je peux m’étaler des heures sur le sujet. Du coup, j’espère avoir au moins donné envie à quelques uns d’entre vous de donner sa chance à quelques jeux de la liste, si jamais vous étiez passé à côté. Sinon, si vous avez, comme moi, trainé votre pad/souris sur chacun de ces jeux : Je vous aime d’amour dégoulinant de niaiserie :3

Je sais que j’ai laissé quelques jeux possédants de très bonnes OST sur le côté; si je devais lister tout tout tout, il m’aurait fallut au bas mot 1 an pour écrire l’article (déjà que j’ai pris 3 jours pour lister 10 titres et que je galère encore à tout relire pour corriger les fautes). Alors n’hésitez pas à lâcher vos préférences musicales dans les commentaires, je me ferai un plaisir de parler jeux vidéo avec vous :D